Voyage

Un jeu de mise en situation ludique pour parler des «à priori», «préjugés» et «stéréotypes». 

Le jeu invite les jeunes (à partir de 12 ans) pour un voyage en Moldavie et ainsi à prendre immédiatement place à bord d’un train couchette, qui après deux jours et une nuit complète, va les amener à destination.

Divisé, dès le début, en équipe (de trois à cinq personnes) chacune va investir l’un des compartiments du train.
Ce compartiment au confort sommaire (où ils vont passer une grande partie de leur voyage) offre de la place à tous les membres de l’équipe mais aussi à deux autres personnes.

Qui des voyageurs inconnus proposés, chaque équipe va-t-elle choisir d’accueillir au départ et donc accepter qu’ils puissent prendre place dans leur lieu de vie durant toute la durée du voyage ?
Un américain de 20 ans environ, une moldave musulmane et sa fille de 6 ans, une liégeoise de 60 ans, une anglaise bcbg de 18 ans, une jeune italienne avec son bébé, un français avec un panier de nourriture, un prêtre polonais parlant mal le français ou un hippie allemand de 30 ans ?
Ce choix de départ sera-t-il maintenu ou l’équipe changera-t-elle d’avis en découvrant, au fil du jeu, les caractéristiques de ces différents voyageurs ?

Les découvertes apportent leur lot de petites et grandes surprises et le choix sera parfois difficile sans oublier les tractations au sein du groupe qui seront âpres pour tenir compte des avis individuels et opter pour un choix des plus collectifs.
Au choix final, les dernières informations sèmeront-elles le doute ?
Chaque équipe va-t-elle finalement regretter d’avoir accueilli ou éjecté certaines personnes quand elles connaîtront vraiment la personnalité de chaque voyageur proposé au départ ?

Si l’aspect ludique est assurément présent durant le jeu, le feed-back permet de faire remarquer que les choix ont pu être influencés par ses propres priorités et limites.
Mais le principal objectif de ce jeu (qui n’est d’ailleurs jamais révélé avant le feed-back) est de mettre à jour les «à priori», «préjugés» et «stéréotypes» qui ont été présents.
La discussion pourra donc s’élargir en replongeant dans la vie de tous les jours (et en faisant éventuellement appel au vécu des participants) et permettront d’aborder les critères qui influencent nos mises en relation à autrui.
Comme ceux liés à l’aspect physique (vêtements, look, physionomie, démarche, …) et comportemental (attitude, gestes, paroles, accent, …). Mais aussi, l’aspect lié à l’origine culturelle, religieuse, sociale et familiale. Sans oublier ceux liés à la localisation du lieu de vie, aux fréquentations relationnelles et à l’activité professionnelle ou scolaire (établissement et section fréquentés) et de loisirs.

Ce jeu co-créé par le SDJ est un must dans l’animation des nombreuses retraites scolaires que nous avons le plaisir d’animer et de nombreux animateurs de maison de jeunes et AMO ont déjà pu le découvrir et l’acquérir lors de salons d’outils pédagogiques.
Enseignants, animateurs de pastorale de jeunes et de mouvements de jeunesse, vous pouvez, vous aussi, en faire l’acquisition au prix de 10 euros en le réservant.
Le jeu contient toutes les cartes de jeu ainsi qu’une conduite détaillée pour animer les différentes phases de l’animation et de feed-back.

PS : Une version pour les plus jeunes (9-11ans) est aussi disponible au même prix.