Témoignages Héraults Du Grand Roi – HDGR

 » Aux soirées HDGR, on passe un moment entre jeunes chrétiens d’abord autour d’un bon repas durant lequel on se raconte nos semaines, on discute de tout et de rien, comme une grande famille. Puis, on chante pour remercier Dieu. On le remercie pour tout ce qui nous est arrivé cette semaine, les bons moments comme les combats qu’on a menée. On expérimente un petit bout de ce qu’est la Gloire de Dieu. Les HDGR c’est un peu comme ma piscine d’entrainement avant l’épreuve en plein milieu de l’océan. Aux rencontres soirée, je recharge les batteries et je fais le plein du Saint-Esprit pour affronter la semaine qui arrive. Ça fait toujours du bien de se retrouver en nous, Chrétien, et de savoir qu’on n’est pas tout seul. »

Maxime, 17 ans

« J’aimes beaucoup les temps de partages sur les différents thèmes d’enseignement. On y parle de nos expériences personnelles et/ou de nos réflexions. J’en apprends beaucoup et grâce à cela je me sens moins seule dans ma vie d’adolescente chrétienne. »

Sifa, 17 ans

« Bonjour, je m’appelle Théotime et j’ai 15 ans. Je suis fort sensible à la musique et ça fait maintenant 1 an que je suis aux HDGR. Je vais vous raconter comment je m’y suis trouver et ce que j’ai vécu intérieurement depuis que j’y suis.
Tout à commencer durant le premier confinement quand on regardait encore la messe à la télé. Nous connaissions déjà un peu le couvent mais nous n’y sommes plus allés depuis 2013 et ça a pas mal changer depuis. Pendant le confinement, nous regardions la messe dans une autre paroisse. Mais le soir de la veille de la Pentecôte, nous avons décidés de regarder la veillée du couvent et nous sommes tombés sous le charme. Depuis cette veillée, nous avons décidé de suivre les messes du couvent jusqu’à la fin du confinement. Évidement, une fois le retour des messe en présentiel, nous n’avons pas hésité à y aller. A cette période, les Frères étaient un peu pour moi comme des « stars » de la messe à la télé et ça faisait bizarre de les voir en vrai. D’autant plus quand une fois à la fin de la messe, FDM (Frère Daniel-Marie) a parlé des HDGR aux annonces et m’a pointé du doigt en disant que les nouveaux sont le bienvenus. Après, il est venu me parler personnellement pour faire ma connaissance et me parler des HDGR plus en détail. Il m’avait dit que le dimanche prochain il y avait les retrouvailles HDGR après la messe mais je ne connaissais personne ! Alors je lui ai demandé si je pouvais venir avec un ami.
Le dimanche d’après, je suis venu avec Lionel (un de mes amis qui n’était aussi jamais venu) et oui j’avoue, j’avais un peu le trac. Je me demandais comment ça allait être et si j’allais aimer. Nous avons apporté un pic-nique chacun, fait du foot et des temps de partages sur ce qu’on a vécu pendant le confinement. C’était un peu spécial vu que je ne connaissais personne. J’ai quand même fait quelques rencontre mais la plupart du temps je suis resté avec Lionel. Pendant le trajet du retour, ma mère m’a demander comment s’était. Je lui ai répondu que c’était sympa. En vrai, j’avais bien aimé. Je peux avouer que je n’étais pas impatient d’y retourner. Mais si vous êtes entrain de lire ce texte, c’est que les choses ne se sont pas arrêtées là.
Pendant les vacances, il y avait un camp HDGR. Je n’ai pas pu y aller parce que j’avais camps scout. J’ai donc un peu mis les HDGR de côté. Mais ce que je ne savais pas, c’est qu’il y avait un week-end HDGR à la rentrée et que LÀ j’allais vivre des choses juste incroyables. Je n’étais pas très motivé d’y aller mais je comptais quand même venir. Cette fois, j’étais seul, il n’y avait plus  Lionel avec moi. J’avais encore plus le trac MAIS ça m’a permis de mieux faire connaissance. En plus, les trajets étaient en co-voiturage donc j’ai pu rencontrer des personnes avant le début des activités. J’ai pu faire connaissance de Jaïdette (une animatrice) et Amélie (une HDGR). C’était sympa, du coup je me sentais moins seul. Une fois arrivé au lieu du week-end (Genval), nous nous somme installés dans les dortoirs. J’ai pu y faire la connaissance de jeunes de mon âge. Puis, nous nous sommes installés pour manger. Il y avait beaucoup de jeux et d’activités organisés par des chouettes animateurs, en plus je connaissais un peu plus de monde. Bref, je me suis vraiment bien amusé. Mais ce n’est absolument pas tout. Ce que j’ai préféré, c’était les veillées. Je ne connaissais pas encore très bien Dieu à ce moments là. J’allais à la messe parce que…. c’était bien d’aller à la messe, c’est tout ! J’exagère un peu mais ce que je veut dire c’est que j’avais un autre point de vue de la religion. C’est passé de juste le truc où tu pries et tu crois sans raison à je parle à Dieu comme un ami et je consacre du temps rien que pour Lui. Mais donc les veillées ! C’est vraiment un moment de pure joie où tu loues Dieu, ce qui te donne encore plus de joie ; où tu invoque l’Esprit Saint et tu oublies/confies tous tes soucis. Ce sont des moments rempli de temps d’adoration et d’enseignement. La première veillée HDGR de ma vie, dès le premier chant j’ai sentis de frissons qui envahissaient tout mon corps. C’était des chants rempli de l’Esprit Saint. Je sentais que ce n’était pas des chants comme les autres tellement ils me comblaient de joie. Plus tard, toujours pendant la veillée à un temps d’adoration, on était tous assis par terre avec une magnifique musique émouvante dernière. Et là…… FDM met sa main sur mon épaule sans que je ne le vois arriver, les frissons sont revenus. Mais le plus impressionnant dans tout ça, c’est ce qu’il m’a dit. Je ne vais pas vous le révéler mais il m’a dit exactement les difficultés que j’avais dans ma vie et que je n’avais dit à personne. Et ce n’est pas tout, il m’a aussi dit exactement la parole qu’il fallait que j’entende pour me rassurer, me combler de paix et de joie. J’ai compris plus tard que c’était le Saint Esprit qui l’avait guidé dans ses paroles. A ce moment là, j’étais tellement ému que j’avais la larme à l’œil. La veillée du lendemain était tout aussi extraordinaire, il y a même eu de guérisons physiques en plus des guérisons intérieures : c’est fous et même incroyable. C’est là que j’ai commencé à comprendre le réel sens de la vie (que je n’ai toujours pas complètement compris d’ailleurs). 
J’ai dit tout ce que j’avais à dire. Maintenant, j’attends avec impatience les prochaines rencontres pour encore mieux connaître Dieu, ressortir avec encore plus d’espérance. Même si parfois, j’ai peur que ce ne soit pas aussi bien que la fois précédente. A chaque fois c’est différents et j’apprend tellement de choses indispensables à la vie. J’ai juste un nouveau désir depuis que j’y vais, c’est de faire découvrir cette joie intense à tous mes amis pour qu’ils rencontre Dieu comme je l’ai rencontré. C’est pas moi, ni mes parents, ni mes amis qui m’ont emmenés aux HDGR mais c’est Dieu qui m’a appelé à travers FDM, Lui qui me connaît mieux que qui que soit. Tu connais mes désirs, mes besoins, tout mon coeur, toute mon âme, et exactement ce qui est bon pour moi. »

Théotime, 15 ans